mise en contact gratuite agriculteurs et consommateurs

(recherche partenaire pour un portail de vente directe)

Pour une alimentation digne de ce nom : des réflexions et des actions

Historiquement, les agriculteurs se nourrissent et nourrissent une partie de leurs compatriotes, puis même parfois de leurs contemporains de tous pays.
Pourtant, les agriculteurs ont mauvaise réputations : subventionnés, pollueurs, industriels (élevages de 120 000 volailles !)
Internet au service des agriculteurs et des consommateurs : MANGER VRAI
Edito forcément engagé :

Des fruits aux arômes : se faire avoir

Ils se sont faits avoir, les agriculteurs. Ils peuvent bloquer les routes, réclamer et obtenir des subventions mais c’est fini : ils ont perdu. La fin d’une époque. Certains en vivent encore très très bien. Durant des décennies, certains en vivront encore. Mais ils se sont faits avoir, et personne ne peut pavoiser, tout le monde est victime. La défaite des agriculteurs, c’est aussi la nôtre. Les agriculteurs la méritaient sûrement cette gifle. Nous aussi. Faute de réflexions, d’attention.

Tombés dans le piège des industriels associés. Piége pourtant évident. Mais ils ont foncé, tête baissée. Ils croyaient ne pas avoir le choix. Ils croyaient que c’était ça, le progrès. Ils n’ont pas cherché d’autres solutions. Le but était d’avoir un plus gros tracteur que le voisin. De moissonner avant lui pour lui voler trois routes de blé. Le bistrot accaparant le « temps libre », réfléchir n’était pas au programme.

Mais il faut comprendre les industriels de la distribution, c’est ingérable, cinq millions de références. L’alimentation n’est qu’un rayon du supermarché ! Les centrales d’achats négocient avec quelques fournisseurs. Il faut des interlocuteurs fiables ! Des prix « de gros ».
Certes, mettre « les formes » fut exigé, par les politiques. Mais voyons, entre nous, entre industriels et politiques, nourrir un pays, c’est trop sérieux pour laisser cela entre les mains des paysans. « Trop sérieux » signifiant : ça rapporte trop !

Comment confisquer l’agriculture aux paysans ? Comment la transférer aux industriels ? Au nom du bien des chers consommateurs : les industriels de l’agroalimentaire respectent les normes... alors que les paysans... Et en plus les industriels payent pour figurer dans les gros catalogues, alors que les paysans...

Le piège était évident : il a suffi d’exiger des produits frais à longue conservation ! La seule solution était alors pour les agriculteurs de récolter fruits et légumes bien avant maturité. Ainsi tout passe par les chambres froides, balancé en rayons à la demande.
Naturellement, un fruit cueilli trop tôt et stocké en chambre froide, c’est une forme de pâte sans saveur... et ainsi, les industriels vous l’affirmeront : si vous souhaitez retrouver le bon vieux goût du terroir, c’est à eux qu’il faut s’adresser : ils vous fourniront l’arôme approprié. Rien ne vaut un arôme.
Les prix bas des arômes achèvent d’éliminer les derniers produits naturels. Conditionnement dès l’enfance à l’alimentation aromatisée (exemple la vanille).

Les industriels vous le prouveront par étude de marché : les consommateurs veulent consommer avec plaisir. Et eux seuls peuvent répondre à cette exigence. Ils vous fabriqueront tout produit gélatineux à la saveur attendue, de forme souhaitée. Les agriculteurs sont inutiles : vive l’industrie !
Il faudra bien cultiver certaines terres : des industriels se proclameront agriculteurs et embaucheront comme dans les usines.
Sacrifiés au nom de « l’intérêt industriel », les « fils et filles de nos campagnes » vivront encore quelques générations de leurs terres. Actuellement, c’est grâce aux subventions. Demain, ce sera par la vente de ces terres en terrains à bâtir.
Encore aujourd’hui, un particulier ne peut acquérir quelques hectares. La SAFER veille sur les terres agricoles et forestières, si besoin par préemption : la safer, Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural, créée en 1960, prépare la rente des enfants d’agriculteurs.
Quant à nous, notre seule réponse est la prise en main de notre alimentation : planter nos arbres, travailler notre jardin. Gestes millénaires ridiculisés durant des décennies.
Oui, pour les habitants des villes... c’est mal parti... un balcon, parfois, peut permettre quelques plantations... Ou alors... achetez un peu de terre aux agriculteurs... au prix terrains à bâtir... Ou regroupez-vous, signez un contrat avec un agriculteur intelligent : alimentation digne de ce nom contre tarif décent. Via www.mangervrai.com par exemple.


sites préférés mangervrai




Référencement agriculteurs intéressé par cette approche ----- ---- mangervrai le CONTACT - COPYRIGHT.

Quelques bêtes :
mangervrai présente la caille
- mangervrai incubation
- mangervrai incubateurs.
2012 : une action.

Vive les poules municipales... et les poulets municipaux (Réduire le volume des déchets alimentaires et manger des oeufs de qualité) , un livre (format ebook bas prix) de Stéphane ternoise

Réduire le volume des déchets alimentaires et manger des oeufs de qualité



Votre commentaire...

-- du 08 mars 2014 à 17 : 08
par agnès : Peut-on encore manger vrai dans un pays comme la France où la pollution est partout ?